Sur ce site

15/11/2019

Particularités de la relation amoureuse au Japon #HistoiresExpatriées

J'ai vécu dans plusieurs pays, mais toujours dans des périodes bien définies avec billets de retour en France en poche avant le départ. Difficile pour moi de pouvoir me projeter ou m'investir dans des relations ; même les amitiés pouvaient demander beaucoup de travail dans ces circonstances. Bref, je ne ferez pas ici de point comparatif comme j'ai pu le faire sur d'autres sujets. Ici on va donc se concentrer sur la relation franco-japonaise puisque j'ai rencontré un japonais au Japon ! ^^ surprise
Pour ce vaste sujet vous imaginez bien que mon article ne sera qu'une série de réflexions personnelles sur ma propre expérience et d'autres que l'on m'a rapportées. 

Vous avez dit PDA ?!

Imaginez, dans un train, un couple monte, discute tranquillement, se regarde amoureusement, l'homme tel un gentleman porte les sacs de la femme, et puis un arrêt fatidique arrive, ils vont devoir se séparer ... alors ils se serrent la main, tels des collègues ayant terminé une bonne réunion, et la jeune femme quitte le wagon. 
Bon il est aussi possible que j'ai mal interprété la situation mais en tout cas il y avait un truc entre ces deux là. Et même si ce n'est pas vraiment comme ça que ça s'est passé cette fois là, l'anecdote que je viens de vous décrire a surement bien eu lieu quelque part au Japon. 
Dans un pays où on se touche peu (oserai-je dire pas ?), même les couples restent très discrets. Alors ce n'est pas toujours vrai, mais les Public Display of Affection (ou démonstration d'affection en public ?) reste rares. On se tient un peu la main, un petit hug par ci par là pour les plus jeunes et c'est tout !!!
Ça a été et est toujours un sujet de discussion avec mon copain ; c'est comment en France ? Et toi, idéalement tu voudrais quoi ? On peut se permettre ça ? Pourquoi c'est important ? Au Japon on fait pas trop ça ... Moi j'aime bien comme ci, comme ça. Est-ce que c'était bizarre ? Bref on a trouvé notre équilibre franco-japonais et de temps à autre un truc surgis et une nouvelle discussion se profile. 
Par contre, après un an au Japon je remarque de plus en plus lorsque les couples étrangers, des touristes j'imagine, ne contrôlent pas leur niveau de PDA. Les longues étreintes sur les quais de train alors qu'ils vont monter dans la même rame, les mains sur les fesses de l'autre (ou plus ou moins dans la poche du jean), ou encore la façon de s'asseoir confortablement l'un contre l'autre dans le train. J'ai perdu l'habitude car parfois je me dis "hum ... c'est un peu too much" alors qu'il n'y a clairement rien d'indécent ^^
La notion de décence semble justement différente ici. Je ne vois jamais de couple se faire un bisou, littéralement un petit smack de rien sur les lèvres ou sur la joue ... D'après mes sources un simple baiser serait considéré comme un acte sexuel et donc réservé à l'intimité. 

Love hotel ラブホテル

Justement l'intimité, venons-y ^^ et avec elle j'ai nommé le love hotel ! 
Revenons sur ce concept : c'est donc un hôtel dans lequel vous vous rendez pour avoir des relations sexuelles (enfin ... ou pas, personne ne viendra vérifier !) ; rien de spectaculaire, tout est dans le nom. Mais le mystère est plutôt dans le "pourquoi" que dans le "quoi" ; petit appartement, ou bien vous ne vivez pas seul. Vous ne souhaitez pas recevoir à la maison, ou vous avez envie d'un peu de dépaysement. Ou vous craignez que votre logement soit mal insonorisé ! Ou encore, infidélité ! Bref, à toute situation sa solution.
En fait, le love hotel est simplement un hôtel offrant des services plus adaptés aux couples ; en proposant plus d'intimité et de discrétion, des horaires plus flexibles, et parfois de changer d'ambiance.
L'atmosphère de Noël vous manque en plein mois de juillet ? Il y a un hôtel pour ça. Vous n'avez que quelques heures devant vous ? Il n'est pas nécessaire de réserver pour toute une nuit. Une occasion inattendue se présente ? Présentez vous sans réservation. 
Bref sur le papier c'est à la fois pratique et amusant. Enfin, une fois qu'on s'est fait à l'idée ! Parce que même si le principe est simple, il n'est pas forcément évident de faire abstraction de tous les connotations qui viennent avec l'idée d'aller au love hotel avec un partenaire, d'autant plus quand vous êtes blanche et blonde au Japon.
Je me souviens avoir expliqué à mon copain que ce concept n'existe pas en France, et probablement dans la plupart des pays occidentaux. Les couples mariés qui vont à l'hôtel c'est normal, mais y aller en plein après-midi pour quelques heures, dans la ville où vous résidez, ça n'arrive pas. Ou c'est assez rare pour ne pas nécessiter la mise en place d'hôtels spécifiques aux horaires aménagés.
Evidemment, rien ne vous empêche de réserver un hôtel tout à fait normal pour passer la nuit avec votre partenaire au Japon. A vous de voir suivant votre budget, vos besoins et vos attentes. On sait à quel point les chambres des hôtels business classiques peuvent être petites ici, et si vous préférez une salle de bain un peu sympa un love hotel semble plus indiqué. 

Homme japonais et femme étrangère

Le couple multiculturel au Japon est le plus souvent formé d'une femme japonaise et d'un homme étranger, notamment caucasien. Même si Tokyo est sûrement la ville la plus cosmopolite du pays ça reste une petite particularité qui attire un peu l'oeil. Un an que j'habite à Tokyo et je suis toujours moi-même un peu surprise quand je croise d'autres couples comme le mien. Je sais que j'ai moi même attiré l'attention, et pas forcément la plus sympathique. On s'est retourné pour bien vérifier à quoi je ressemblais alors que je me promenais tranquillement main dans la main avec mon copain ... Mais accompagné ou non, j'attire un peu l'attention donc finalement je ne m'en soucie plus trop.
Puisqu'on communique en anglais il est arrivé que les gens ayant des interactions avec nous aient des doutes sur sa nationalité ; on nous a amené des menus en anglais (pas plus mal pour que ça lui évite de me traduire la moitié de la carte finalement) ou lors de nos vacances après m'avoir demandé ma nationalité, une employée de musée a demandé à mon copain s'il était français lui aussi. Ça l'a relativement amusé sur le coup ^^
Je n'ai pas l'impression que mon couple soit si différent, mais de temps à autre mon environnement me rappelle que je suis une femme blanche avec un homme asiatique. Pour le moment cela n'a pas trop d'impact, c'est juste le temps d'une situation et le lendemain je n'y pense déjà plus, mais à long terme je peux imaginer que cela devienne pesant.

L'équilibre vie privée et vie professionnelle

Rapidement après mon arrivée au Japon j'ai compris que le travail dans la vie des Japonais était plus que central ; vous avez surement déjà entendu parler de ces personnes qui meurent d'un trop plein de travail même si vous ne vous intéressez pas plus que ça à la culture nippone. Il s'agit probablement de cas rare mais il existe un mot pour décrire ce concept, c'est donc bien qu'il y a anguille sous roche ! Tout ça pour dire que même l'employé de bureau lambda sans grandes responsabilités fera des heures sup', qu'il ira au boulot même si un typhon menace la ville et qu'il sera prêt à délaisser ses responsabilités familiales "parce que bon, mon entreprise a besoin de moi". Il est certain que les mentalités commencent à changer mais ... tout doucement. 
En France, c'est une toute autre histoire. Ce n'est pas le cas, on estime tous plus ou moins qu'il y a un temps pour travailler et un temps pour soi. Après l'heure ce n'est plus l'heure, et on considérera peut-être que quelqu'un ne fait pas correctement son travail s'il n'arrive pas à terminer ses tâches dans les temps.
Du coup quand j'ai commencé à fréquenter mon copain, j'étais plutôt rassuré qu'il soit étudiant. Je n'allais pas avoir besoin de me battre pour qu'on se voit. Mais ça c'était avant ! J'ai depuis un peu mieux saisi ce que c'est que d'être en doctorat, et sa charge de travail a clairement augmenté ces derniers mois.
Mais étudiant ou employé finalement, ça ne change pas le fait que les Japonais sont conditionnés pour faire passer le travail avant tout. Avant leur santé, avant leur famille ... j'ai halluciné quand on a comparé nos routines respectives lors de nos années lycée ... aller au lycée 6 jours par semaine, aller à l'académie privée après l'école, participer aux clubs du lycée, faire des devoirs MÊME PENDANT LES GRANDES VACANCES ... un emploi du temps de ministre !!!
Tout cela mêne même à des gens qui se plaignent d'avoir trop de congés ; en mai 2019, avec l'arrivée d'un nouvel empereur et des jours de congés rapprochés, une grande partie des résidents du Japon ont pu profiter de vacances de plus d'une semaine. Et bien certains ne savaient pas quoi faire de ce temps libre ! D'autres se sont même inquiétés pour leur entreprise ... Et j'observe lors de discussion avec mes étudiants que peu d'entre eux font des activités hors du travail ou ont un passe-temps autre que regarder la télévision. Donc 10 jours à la maison, quelle angoisse ! 

Pour en revenir à la relation amoureuse au Japon, le poids du travail, ou en tout cas de l'occupation, de votre partenaire sera difficile à éviter à mon sens. Notamment s'il n'a pas jamais été confronté à un autre contexte professionnel, à l'étranger par exemple. Trouver du temps pour se voir, pour sortir de la ville un week-end, partir en vacances ou tout simplement se faire un ciné peut demander beaucoup d'organisation. 
C'est ce que je décrirai comme LA difficulté que je rencontre personnellement ; il y a des concessions que je ne suis pas prête à faire. Oui, il y a des couples au Japon qui habitent dans la même ville et ne se voient qu'une ou deux fois dans le mois, ça fonctionne probablement pour eux ... Mais rien que le fait que ça soit normal et accepté me pose question. J'en reviens à mon constat sur les interactions sociales dans un précédent article ; qu'il s'agisse de relation amoureuse, amicale ou familiale, il me semble que le Japon tend à délaisser le coté social de l'humain, à se dire que ce n'est pas le plus important. Bizarrement les entreprises semblent plus indulgentes et permettent aux employés mariés de rentrer plus tôt chez eux ; mais personne ne se demande comment ils ont pu rencontrer quelqu'un et fonder une relation qui les a mené au mariage alors qu'on attendait d'eux qu'ils ne vivent que pour leur emploi. Bref, je diverge un peu ^^ mais pour en revenir au fait, il est certain qu'ayant des visions très différentes sur un point si central demande beaucoup de communication pour le couple franco-japonais.


J'aurai aussi pu vous parler du 告白 kokuhaku, la fameuse confession des sentiments ; mais je ne maitrise pas vraiment le sujet et je ne sais pas si mon copain a suivi le protocole ^^ Et cette métaphore du Christmas cake qui compare les femmes de plus de 25 ans à des pâtisseries périmées si elles ne sont pas casées ...  Et sûrement encore plein d'autres choses !!!

N'hésitez pas à laisser un petit mot ou une question en commentaire si le sujet vous a laissé sur votre faim.


Cet article participe au RDV #HistoireExpatriées organisé par le blog L'occhio di Lucie
La marraine de ce mois-ci est Barbara, son article sur le sujet est .

Catherine en Allemagne
Alexienne à propos des relations à distance
Kenza au Canada
Amélie et Laura sur les hommes italiens

8 commentaires:

Hilo Rico a dit…

Wouhaaa, très top ta description, impressionnant la différence de culture... ça me laisse sans mots. Merci pour ce partage.

3 kleine grenouilles a dit…

Merci pour cet article très intéressant ! Les différences culturelles sont vraiment fortes et j'espère qu'elles ne créent pas trop de tensions dans votre couple. Une amie japonaise qui avait vécu deux ans en France pour améliorer son niveau de français me disait qu'elle ne voulait pas se marier avec un Japonais et que de toute façon, entre son âge canonique (26 ans à l'époque) et le fait qu'elle veuille travailler et faire carrière (ou au moins essayer), elle ne plaisait pas aux hommes japonais.

Alexienne a dit…

Super article ! C'est vraiment intéressant ! Comme pour l'article de Catherine, je pense que les français nous sommes vraiment les champions en démonstrations publiques d'affection... J'ai aussi appris en voyageant que les calins ou bisous publics sont souvent mal vus ou juste choquants et que nous sommes vraiment très tactiles ^^

C'est aussi intéressant de voir comment les gens interprètent vos nationalités par rapport au fait que tu ne sois pas japonaise! (et seulement ce fait la!)

En tout cas merci pour ton article ! :)

Clarisse a dit…

@ 3 kleine grenouilles
Je crois que c'est aussi pour cette raison qu'il est plus courant de voir une femme japonaise au bras d'un étranger ; on peut considérer qu'elles ont plus à gagner ! les rôles homme-femme dans le mariage japonais sont extrêmes, madame peut avoir un emploi tant qu'il n'y a pas d'enfant, mais un emploi qui laisse du temps pour s'occuper du foyer, et quand il y aura des enfants elle arrêtera de bosser pour se consacrer pleinement à son rôle de mère et son mari (ou devrais-je dire colocataire ?) fera des heures sup' à la pelle pour subvenir aux besoins de la famille, et aussi un peu y échapper. tout ce que j'entends ici sur les mariages (clairement pas d'amour) me laisse sans voix ...
Les différences culturelles sont bien là mais nos personnalités et nos expériences de l'étranger nous permettent de faire avec :)

Clarisse a dit…

@ Alexienne
Maintenant je me rends bien compte que je suis relativement tactile ^^ je l'avais vraiment intégré comme un truc tout à fait naturel alors que clairement c'est culturel. Les baisers en public sont peut-être propre à la France (ou aux cultures latines ?) mais je ne me souviens pas avoir remarqué moins de contact aux USA, et en Corée du Sud c'était cet entre-deux étranges avec zéro bisou en public mais du skinship en veux-tu en voilà ! ^^

Ciccia&Cerva a dit…

Super intéressant ton article, les différences culturelles sont vraiment flagrantes et c'est génial que vous réussissiez à trouver votre équilibre. J'ai adoré lire ton récit et ça donne espoir :)
Merci beaucoup pour le partage de ton expérience personnelle.
Amélie

Liz a dit…

Génial cet article !

Merci d'avoir partagé ton experience ! Je retrouve beaucoup de points communs avec le Koweit sauf qu'ici c'est parce que c'est illégal d'être en couple sans être marié ! Ha ah !
En tous cas, merci encore pour le partage j'ai adoré cet article (et un an, déjà !)

Bisous !

Clarisse a dit…

@ Amélie
On jongle entre nos personnalités, nos cultures et aussi nos emplois du temps et nos projets ! ahaha

@ Liz
Donc on part sur un principe de mariage arrangé ? parce que je saisi pas trop comment se marier si on est pas en couple ^^
je me questionne toujours beaucoup sur pourquoi en France on est si ouvert sur le partage des sentiments (bons ou mauvais) ... ici ils partent du principe que tu vas déranger les autres et je trouve ça frustrant de faire passer les sentiments des autres avant les miens !!!! ^^

Abonnez-vous

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *